Alors que les entreprises de e-commerce de Chine se préparent pour la plus grande fête commerciale en ligne au monde - à savoir la fête du « Double 11 », qui a lieu pour la journée des Célibataires le 11 novembre (11/11) - deux questions se posent: cette frénésie des achats poursuivra-t-elle sa dynamique de croissance rapide pour sa dixième année? Les récentes difficultés économiques et la guerre commerciale avec les Etats-Unis pèseront-elles sur les ventes?

Alors que la deuxième économie mondiale affronte des défis internes et externes significatifs, le Double 11 de cette année pourrait apporter une éclaircie dans la confiance des consommateurs dans l’économie, notent les analystes. Malgré une certaine anxiété chez les consommateurs, les ventes de cette année pourraient bien atteindre de nouveaux sommets.

Comme toujours, les plateformes de vente en ligne ne se sont épargné aucun effort pour attirer le plus grand nombre de clients possible: certaines se targuent d’avoir les soldes les plus importantes, d’autres l’offre de produits la plus diversifiée, d’autres encore les services les meilleurs et les plus rapides.

Certaines nouvelles tactiques de vente sont également apparues cette année, indique Liu Dingding, un analyste internet basé à Beijing: « Plutôt que d’entrer en concurrence sur les prix comme lors de ces dernières années, les entreprises de e-commerce ont particulièrement mis l’accent cette année sur la technologie et les services. »

Alibaba, à qui est attribué le mérite d’avoir fait de cette petite fête des Célibataires un évènement majeur du commerce en ligne, a ouvert au mois d’octobre un entrepôt avec 700 robots pour l’assister au niveau logistique sur ces journées les plus chargées de l’année.

Une autre tendance consiste à toucher plus de consommateurs en encourageant les ventes groupées et en impliquant les points de vente physiques, note M. Liu, soulignant les stratégies de « nouvelles ventes au détail » des entreprises de e-commerce.

Celles-ci visent à combiner les plateformes en ligne avec les magasins physiques, mais également à encourager les « regroupements par réseaux sociaux », en offrant des avantages aux clients qui ramènent plus de personnes par le biais des réseaux sociaux. Selon Liu Dingding, « elles veulent transformer cette fête en ligne en carnaval commercial pour tous ».

Une autre tactique consiste à inclure des biens étrangers dans les promotions. JD.com, l’une des plus grandes plateformes chinoises de vente en ligne, a lancé un évènement commercial pour les produits étrangers, nommé « Festival des bons produits mondiaux ». Lors de la Foire internationale des importations de Chine (CIIE), qui se déroule actuellement à Shanghai, l’entreprise a indiqué avoir signé une série de contrats pour acheter des produits étrangers, d’une valeur totale de 14,47 milliards de dollars (12,65 milliards d’euros).

Quelques inquiétudes

Malgré tous les efforts des entreprises de e-commerce, certains acheteurs ne sont pas aussi enthousiastes que lors des années précédentes: « Ce n’est plus aussi excitant qu’auparavant. J’ai l’impression qu’il y a chaque jour un évènement commercial en ligne », indique une consommatrice à Beijing, souhaitant rester anonyme.

Celle-ci explique qu’auparavant, elle achetait tout lors de la fête des Célibataires, des vêtements jusqu’au papier toilette. Cette année pourtant, elle ne s’y est même pas intéressée: « Je n’ai juste pas l’impression d’avoir besoin de quoi que ce soit de particulier cette année », explique-t-elle.

Elle souligne cependant, que son manque d’enthousiasme « n’a rien à voir avec le soi-disant ralentissement économique ou la baisse de la consommation ».

La guerre commerciale avec les Etats-Unis, qui a entraîné la hausse des droits de douane sur certains produits importés des Etats-Unis, n’aura pas d’impact sur les ventes - au moins cette année - car la plupart des produits sont déjà arrivés en Chine.

« Nous avions déjà nos produits avant que les droits de douane prennent effet », explique Li Xin, qui dirige une entreprise important des fruits à coque américains, comme des amandes et des pistaches. Sur le long terme, nous sommes cependant à la recherche d’autres sources d’importation. »

Sun Lijian, un professeur d’économie de l’Université Fudan à Shanghai, explique que même si les défis dans l’économie globale pourraient engendrer une certaine « anxiété » parmi les consommateurs, le pouvoir d’achat chinois reste fort.

« Nous n’avons pas atteint un stade, où les consommateurs sont si inquiets qu’ils ne veulent plus dépenser leur argent. Il existe quelques inquiétudes, mais la situation n’est pas aussi mauvaise que certains le suggèrent », souligne-t-il.

« Cette année, étant donné l’extension de la période des ventes et l’ensemble des nouvelles stratégies, il est probable que les ventes soient encore plus importantes, même si le taux de croissance pourrait diminuer », indique Liu Dingding.