Selon des analystes, la confiance mutuelle et la gouvernance collective dans le cyberespace seront les grands sujets de l’année à Wuzhen

La proposition du président Xi Jinping portant sur la construction d’une communauté avec un avenir partagé dans le cyberespace a beaucoup contribué à l'amélioration de la gouvernance mondiale du réseau, ont affirmé des analystes.

Cette proposition, ainsi que les autres idées importantes du président sur la gouvernance du cyberespace, seront les sujets principaux de la cinquième Conférence mondiale de l'Internet qui se tient dans la ville fluviale de Wuzhen, dans la province orientale du Zhejiang, de mercredi à vendredi.

Plus de 1 500 invités venus du monde entier, dont des délégués gouvernementaux, des représentants d'organisations internationales, des entrepreneurs influents d'entreprises chinoises et étrangères sur Internet et des experts et universitaires de renom participent à l’événement.

Au total, vingt sous-forums sont prévus, qui permettront d’approfondir des thèmes tels que le développement axé sur l'innovation, la sécurité universelle, l’ouverture et l’intégrité, la recherche d'une vie meilleure et la prospérité commune.

Le thème de la conférence, « Créer un monde numérique propice à la confiance mutuelle et à la gouvernance collective », fait référence au discours prononcé par Xi Jinping lors de la cérémonie d'ouverture de la deuxième Conférence mondiale sur l'Internet, qui s’est tenue en décembre 2015.

Le cyberespace est un espace commun à toute l’humanité et son avenir doit être décidé conjointement par tous les pays, a affirmé Xi Jinping dans son discours.

Le discours du président a donné le ton à la coopération mondiale de la Chine en matière de gouvernance du cyberespace, et a souligné l'importance de la construction d'une communauté avec un avenir partagé à de nombreuses occasions.

Lors d'une conférence nationale sur les travaux en matière de cybersécurité et d'informatisation en avril dernier, Xi Jinping a appelé au renforcement de la coopération avec les pays riverains des Nouvelles Routes de la soie en infrastructures de réseau, en économie numérique et en cybersécurité, afin de construire une Route de la soie numérique du XXIe siècle.

La gouvernance du cyberespace sous l’égide des Nations Unies doit être améliorée, a-t-il souligné.

Lors de sa participation au sommet du G20 à Hambourg l'année dernière, le président chinois a appelé à des avancées dans la construction d'un « cyberespace pacifique, sûr, ouvert et coopératif ».

Dans le discours qu’il a prononcé lors de la cérémonie d'ouverture du Forum de « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale en mai dernier, Xi Jinping a déclaré que les économies situées le long de ces circuits commerciaux devaient promouvoir la connectivité terrestre, maritime, aérienne et dans le cyberespace.

Dans le message de félicitations qu’il a adressé à l'ouverture de la quatrième Conférence mondiale de l’Internet l'an dernier, il a invité d'autres pays à embarquer à bord du train express du développement de l'Internet et de l'économie numérique en Chine.

« La Chine ne fermera jamais ses portes. Elles ne feront que s’ouvrir de plus en plus grand dans le futur », a déclaré le président dans son message.

La proposition du président de créer une communauté avec un avenir partagé dans le cyberespace s’est traduite en actions concrètes dans les efforts faits par la Chine pour renforcer la coopération internationale.

En octobre dernier, la Chine et les États-Unis ont tenu leur premier dialogue sur l'application de la loi et la cybersécurité, et les deux pays se sont engagés à renforcer leur coopération dans un large éventail de domaines, notamment en matière de sécurité dans le cyberespace.

En 2016, le sommet du G20 à Hangzhou a adopté l'Initiative de coopération et de développement de l'économie numérique du G20, afin d'approfondir la coopération et de renforcer la connectivité.

Les efforts de la Chine en matière de coopération dans le cyberespace reflètent une volonté commune de la communauté internationale, a noté Jin Yong, professeur d'études en relations internationales à l’Université de communication de Chine.

Shen Yi, spécialiste de la cybersécurité à l'Université Fudan, a souligné que la Chine ne favorisait pas seulement le développement technologique au pays, mais qu’elle tentait également de communiquer et de coopérer avec les États-Unis, la Russie et l'Union européenne sur la gouvernance du cyberespace.

Une telle coopération démontre la responsabilité de la Chine en tant que grand pays, dans la mesure où toutes les nations font face à des défis similaires dans le cyberespace, a-t-il observé.

Zuo Xiaodong, vice-président de l'Institut chinois de recherche sur la sécurité de l'information, a affirmé que la Chine avait déployé des efforts et obtenu des résultats remarquables dans la promotion de la construction d'une communauté avec un avenir partagé dans le cyberespace ces dernières années.

« Par exemple, nous avons contribué à accélérer l'informatisation dans d'autres pays en développement, tout en la renforçant chez nous », a-t-il noté, en ajoutant que de tels efforts avaient contribué à réduire le fossé numérique mondial.

Tout en notant que la Chine a conclu des accords de coopération avec de nombreux pays sur les technologies de l’Internet, les talents et l'application de la loi, M. Zuo a déclaré que la coopération internationale dans le cyberespace devait être encore renforcée.

En mars dernier, le pays a annoncé sa première stratégie internationale de coopération dans le cyberespace, avec l’élaboration d’un projet de communauté aux intérêts partagés dans le cyberespace et une détermination à améliorer la coopération dans ce domaine.